Corps à Coeur Coeur à l'âme - Sandra Fastre
        
Corps à Coeur Coeur à l'âme
Nous sommes submergés par des clichés prônant une apparente beauté, un soi-disant bien-être, des critères morphologiques différents et parfois opposés à ce que nous sommes réellement. N’y a-t-il pas un effet qui déforme notre propre représentation de nous-mêmes ?
En réaction à la multitude d’images publicitaires présentes partout autour de nous, qui ne révèlent en rien notre quotidien et notre diversité, j’ai décidé de lever le voile sur un sujet délicat. Parce qu’il est des mots tabous et des histoires difficiles à raconter, parce que nous méconnaissons, j’ai choisi de parler des Troubles du Comportement Alimentaire. Nous disposons de peu d’information sur la complexité de ces maladies et des aides thérapeutiques proposées. Nous ignorons les processus psychologiques mis en œuvre qui entravent la perception de soi-même.

Corps à Cœur-Cœur à l’Âme est une capture d’une partie de la vie de patientes anorexiques et boulimiques dans le cadre d’un accompagnement thérapeutique proposé dans un centre Médico-Psychologique Toulousain en soin ambulatoire.
J’ai souhaité poser des mots justes avec des images pour parler d’une souffrance peu et mal connue. C’est aussi donner à voir dans un lieu où il est possible de se reconstruire.

Il faut comprendre que le soin ambulatoire exige une réelle intention de progresser de la part des patientes. Elles s’inscrivent dans le processus volontairement sans que cela soit obligatoirement issu d’une hospitalisation. Leurs démarches n’en est que plus humble car elles répondent à une prise de conscience de leur problématique.
Il n’est pas chose facile que d’accepter sa maladie, encore moins de décider de suivre un tel accompagnement. C’est s’exposer au regard d’autres. C’est accepter ses ambivalences. C’est donner de soi. C’est raconter ses difficultés et ses avancées. C’est exprimer une douleur enfouie où la seule échappatoire consiste à malmener son corps.

Même si elles ont une image d’elles-mêmes différente de la réalité, la maladie ne se résume pas à la maigreur ou l’obésité d’un corps, ce n’est qu’une partie du problème. L’âme met en place des stratégies difficiles à combattre. Ainsi cet établissement permet un renouveau. Il donne les moyens de dire autrement sa souffrance. Il créé du lien social diminuant le sentiment d’isolement et de solitude. Il est un cocon redonnant goût à la vie même si c’est difficile. Il est le lien entre un Geste et son Sens.

Pour mieux comprendre, elles ont accepté de témoigner. Le travail de collaboration réalisée avec chacune a permis d’aller au-delà du stéréotype classique qui engage l’esprit à limiter le mot « anorexie » et « boulimie » à une apparence corporelle. Suivre cette thérapie c’est retrouver une unité qui associe son corps à son âme. Mettre du cœur pour avancer, accepter, dépasser ses difficultés et mieux les apprivoiser.

J’ai construit ce projet pour capturer des instants réels, sans pose figée, en couleur pour ne pas annuler le rapport du temps et de l’espace. Huit mois de suivis réguliers ont permis de saisir des instants où tout Geste prend son Sens pour raconter son histoire. La légende n’est pas mienne, ce sont leurs mots que j’ai choisi d’utiliser. Elles peuvent ainsi prendre la parole, s’approprier leur image, ou décider le silence. Ainsi le rapport intime qu’entretient le Geste avec son Sens prend toute sa dimension.

Aucune photographie dans ce travail ne laisse apparaître un visage. Je me suis questionnée sur sa pertinence vis à vis de mon propos. Je souhaitais dépasser le cadre morphologique en travaillant sur l'apport de la gestuelle tout en respectant l'anonymat des personnes. Aussi, même s'il s'agit de mon regard, subjectif, il s'agit de leur maladie et leur récit. Vous permettre de comprendre leur ambivalence, leur souffrance, leurs évolutions dans ce processus si long ont été les fils conducteurs de cette sélection.

Ce projet s'inscrit comme un premier tome d'un sujet plus large: le rapport à son corps. D'autres travaux sont en cours de réflexion. Si vous souhaitez en savoir plus, il vous suffit de me contacter dans la rubrique"Contact" du site.

Octobre 2010-Septembre 2012
tirages sur Canson 330 Gr, digigraphie, contre-collé sur dibond, format 30x40.

Sandra Fastré
Top